La chirurgie esthétique améliore-t-elle le bien-être émotionnel ?

La chirurgie esthétique n’est pas seulement devenue populaire, mais elle évolue en tant que concept avec plus de vivacité que jamais. Il s’agit d’un produit du XXIe siècle, facilement accessible au grand public, et de nombreuses procédures ne sont plus un luxe rare. En outre, certaines opérations esthétiques représentent un investissement intéressant pour les jeunes et ne sont plus réservées aux célébrités qui cherchent à inverser les effets du vieillissement.

Tout bien considéré, la chirurgie esthétique et les diverses interventions esthétiques sont devenues monnaie courante et vous pourriez même vous surprendre à vous demander si vous n’auriez jamais recours à un lifting dans le futur.

A voir aussi : L'huile de CBD : quel dosage choisir ?

Mais même en dépit de sa large popularisation, le débat moral sur la chirurgie esthétique ne cesse pas. En fait, plus les différentes procédures se répandent, plus le débat s’intensifie.

La question de savoir s’il est normal de jouer ainsi avec la nature est depuis longtemps dépassée – elle est considérée comme une question personnelle, à laquelle chaque individu est libre de répondre. Nombreux sont ceux qui affirment que le concept de modification chirurgicale de l’apparence n’est pas différent de celui du maquillage, qui, comme nous l’avons vu dans de nombreux exemples, peut vraiment contribuer à changer l’apparence d’une personne.

A découvrir également : Comment bien choisir son e-liquide ?

Ce sont deux choses différentes, mais le principe reste le même. Mais la question sous-jacente est la suivante : la chirurgie esthétique vous fera-t-elle vous sentir mieux dans votre peau et mieux dans votre vie en général ? Qu’est-ce que les gens en attendent vraiment et leurs attentes peuvent-elles être satisfaites ? Ce n’est pas une question simple car sa réponse, s’il devait y en avoir une exacte, appelle une approche plus studieuse.

La quête de la beauté

La popularité de la chirurgie esthétique est largement attribuée à notre obsession de l’apparence physique, qui découle notamment des normes sociétales de beauté. Ces normes évoluent avec le temps, d’où la popularité croissante des liftings et des implants fessiers, qui n’est pas une coïncidence en cette époque. Tendances mises à part, les normes sociétales de la beauté sont anciennes et, bien que les cultures aient des approches différentes de la beauté, une chose est commune à toutes : la jeunesse.

L’attrait physique est considéré comme synonyme de jeunesse, de santé et d’énergie, ce qui peut se traduire par des seins volumineux et robustes, des lèvres pleines et une peau tendue. Il y a aussi l’engouement inconscient pour la symétrie, les traits simples et clairs du visage qui sont considérés comme attrayants, peut-être en raison de leur simplicité.

Par conséquent, notre réponse positive câblée à l’attrait physique s’explique par l’effet de halo – une forme de biais cognitif dans lequel le cerveau permet à des traits positifs spécifiques d’influencer positivement l’évaluation globale de la personne, de l’idée ou de l’objet dans le « halo ». Il s’agit du phénomène bien connu selon lequel les personnes considérées comme attrayantes selon les normes générales sont traitées différemment, car on leur attribue inconsciemment des caractéristiques positives telles que la compétence, l’intelligence, la fiabilité, etc.

Pourquoi les gens optent pour la chirurgie esthétique

Il est tout à fait naturel de conclure de ce qui précède qu’une personne choisit d’améliorer son apparence chirurgicalement afin de bénéficier de l’effet de halo, d’être mieux appréciée par les étrangers et les collègues, ce qui déclenche une série d’avantages qui en découlent. Mais nous pouvons constater la fausseté de cette hypothèse à première vue, car même si une célébrité peut se faire faire un lifting pour rester dans le milieu, un grand nombre de personnes (et de patients en chirurgie esthétique) savent séparer leur bien-être émotionnel de la perception qu’ont les autres de leur attrait physique. Il n’y a aucun lien entre le bonheur d’une personne et la façon dont les autres évaluent son attractivité.

Un exemple extrêmement précieux réside dans le phénomène de la réduction mammaire, qui s’oppose à la croyance générale selon laquelle la chirurgie esthétique a pour seul but de répondre aux normes sociétales de ce qui est beau et sexy. Diverses célébrités, dont Drew Barrymore et, beaucoup plus tard, Ariel Winter, y ont eu recours pour des raisons personnelles, parfois très pratiques comme éviter un mal de dos, parfois pour éviter d’être hypersexualisées, mais en général, elles ont toutes déclaré se sentir heureuses et soulagées après l’opération.

Cela dit, on peut comprendre qu’une personne opte pour la chirurgie esthétique non pas pour être mieux aimée des autres, mais pour des raisons personnelles, pour être mieux aimée d’elle-même, pour répondre à ses propres critères de beauté. Essentiellement, il ne s’agit pas de beauté, mais de confiance et de perception de soi. Une personne peut chercher à se sentir plus séduisante à l’aide d’interventions chirurgicales, espérant ainsi que d’autres sentiments positifs en découleront. Cela nous amène à la question principale.

Le rôle des attentes

Une étude de synthèse portant sur le lien entre les patients ayant subi une intervention de chirurgie esthétique et leur bien-être émotionnel nous donne un aperçu précieux du rôle que les attentes jouent dans la satisfaction du patient quant au résultat et, par conséquent, dans son bien-être. L’étude a démontré que les attentes avant l’intervention sont essentielles, les personnes qui avaient des attentes irréalistes quant à la façon dont l’intervention allait transformer leur vie étant moins heureuses après l’intervention. En revanche, les personnes qui se sont tournées vers la chirurgie avec l’intention spécifique de ne modifier une partie de leur corps que pour leur propre plaisir et leur estime de soi ont obtenu des résultats positifs en ce qui concerne leur état émotionnel.

Les opérations telles que les augmentations mammaires se sont avérées avoir les résultats émotionnels les plus positifs, avec une meilleure estime de soi et une plus grande confiance sociale. Les chirurgies telles que la rhinoplastie et le lifting du visage ont eu des résultats moins uniformes – ce qui n’est pas une coïncidence, car nous pouvons voir comment une personne peut attendre trop de la modification de son visage et comment ces attentes ne peuvent pas être facilement satisfaites. Certain nombre de résultats positifs de la chirurgie esthétique dans divers domaines, tels que l’anxiété, la phobie sociale, la réalisation d’objectifs, l’estime de soi, l’efficacité personnelle, la satisfaction générale, etc.

Comme pour la plupart des choses de la vie, la réponse à la question de savoir si la chirurgie esthétique améliore le bien-être émotionnel n’est pas noire et blanche. Il incombe aux professionnels d’éduquer leurs patients et d’évaluer leur état psychologique en conséquence. En effet, les motifs malsains à l’origine de la chirurgie, tels que les pressions relationnelles ou simplement le trouble dysmorphique du corps, ne peuvent pas donner lieu à un résultat positif sur le plan psychologique, quel que soit le succès de l’intervention. Mais les études montrent que la chirurgie esthétique peut certainement contribuer au bien-être émotionnel, à condition d’adopter une attitude saine à son égard. En fin de compte, tout est question de confiance et les cas varient d’une personne à l’autre ; mais si la chirurgie esthétique peut contribuer à l’estime de soi d’un individu, elle est en tout cas un outil valable.

Articles similaires