Vous vous interrogez sur les facteurs de risque de la dépression ?

Beaucoup de gens ont tendance à considérer la dépression comme une phase temporaire de tristesse, ce qui amène beaucoup à penser qu’il faut sortir de cet état émotionnel. Cependant, la maladie est beaucoup plus que cela, car elle est le résultat de changements dans la chimie du cerveau.

Comme toutes les autres conditions qui peuvent se développer dans votre corps, il existe des facteurs de risque qui augmentent vos chances de contracter la maladie, bien qu’il soit possible que vous puissiez la développer sans que ces facteurs de risque soient présents. Cependant, il ne faut pas oublier que votre risque de développer la maladie est plus élevé lorsqu’il y a plus de facteurs de risque ; vous devez donc demander à votre médecin comment réduire ces facteurs.

A lire en complément : Clinique de thérapie HGH en Californie

Le risque peut être lié à une combinaison de diverses circonstances, notamment environnementales, psychologiques et génétiques. Le NIMH (National Institute of Mental Health) estime que près de 16 millions d’Américains ont connu un épisode majeur de dépression.

Facteurs de risque :

Risques biochimiques :

Le début de la dépression survient lorsque certains neurotransmetteurs du cerveau sont déséquilibrés. Les neurotransmetteurs sont certains produits chimiques que le cerveau produit, et ils aident le cerveau à communiquer avec d’autres organes de votre corps. Ils aident également le cerveau à exécuter certaines fonctions physiologiques comme la respiration.

A lire aussi : Vaping : Plus qu'une simple mode

Lorsque ces neurotransmetteurs sont à de faibles niveaux, la personne est plus vulnérable à la dépression, particulièrement certains neurotransmetteurs – dopamine, sérotonine et norépinéphrine.

Facteurs génétiques :

Genetic factors

Quand vous avez quelqu’un dans votre famille qui souffre de la maladie, il y a plus de chances que vous la développiez aussi. Cependant, elle peut aussi se développer lorsqu’il n’y a pas d’antécédents familiaux de la maladie, et c’est pourquoi on l’appelle une combinaison d’événements de la vie et de raisons génétiques.

Troubles du sommeil :

Il y a une raison pour laquelle votre corps a besoin de sommeil, car il est capable de réduire l’accumulation de cortisol dans le corps, une hormone du stress qui est bonne pour de courtes périodes mais qui cause du stress au corps quand il reste pour de longues périodes.

Il n’est donc pas surprenant de constater que les personnes aux prises avec des troubles du sommeil ont également tendance à souffrir de dépression, en particulier celles qui souffrent d’insomnie, ce qui entraîne des crises de mauvaise humeur.

Souffrant de maladies chroniques :

Parce que ces conditions vous causeront du stress et de la douleur, elles peuvent aussi avoir de lourdes conséquences sur votre santé mentale. Il s’agit notamment de la douleur chronique, du diabète, du cancer, de l’arthrite, des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des maladies thyroïdiennes, de la maladie d’Alzheimer et de la sclérose en plaques.

Risques sociaux :

Abus :

Abuse

Lorsqu’une personne subit une forme quelconque de violence, qu’il s’agisse d’un enfant, d’un adolescent ou d’un adulte, elle court un risque important de développer la maladie, ainsi que d’autres maladies mentales. Il peut s’agir de violence psychologique, physique, verbale ou sexuelle.

Facteurs liés au sexe :

Les hommes sont généralement moins à risque de souffrir de dépression que les femmes, mais cela pourrait s’expliquer par le fait qu’il y a plus de femmes que d’hommes qui sont disposées à chercher un traitement pour leurs symptômes. Certaines personnes croient également que la maladie est due à des changements hormonaux tout au long de la vie de la personne.

En fait, les femmes sont vulnérables à développer la maladie pendant la grossesse et après l’accouchement (dépression post-partum), en plus de la développer pendant la ménopause.

L’absence d’un système de soutien solide :

Lorsqu’une personne passe beaucoup de temps en isolement et qu’elle a très peu de systèmes de soutien ou d’amis, cela peut être une source courante de dépression. Il est important de noter que ce n’est pas la même chose que l’introversion, mais plutôt un sentiment de solitude ou des changements extrêmes chez une personne en fonction de son humeur et de ses émotions.

La survenance d’événements majeurs :

occurrence of major events

C’est l’une des raisons les plus courantes de développer une dépression, principalement liée à des événements stressants ou tristes. Il s’agit notamment de la perte d’un emploi, du divorce ou de la rupture d’une relation, de la retraite d’un emploi, du déménagement dans un nouvel endroit et du décès d’un être cher. Si un événement majeur s’est produit dans votre vie et que vous avez éprouvé de la tristesse pendant plus de deux mois sans aller mieux, il est préférable de consulter votre médecin pour que vous puissiez passer des tests de dépression.

Facteurs de risque d’abus d’alcool et d’autres drogues :

Abus de drogues et d’alcool :

Pour de nombreuses personnes aux prises avec la toxicomanie, elle est principalement liée à des troubles de santé mentale, dont la dépression. C’est ce qu’on appelle aussi le double diagnostic, et il existe divers établissements de réadaptation qui peuvent aider une personne aux prises avec ce problème, comme les centres de traitement de la toxicomanie du Colorado.

Il est également important de noter que l’abus de drogues entraîne des changements importants dans le cerveau, ce qui augmente le risque de dépression. De nombreuses personnes qui ont développé des symptômes de dépression ont également tendance à s’automédicamenter, ce qui augmente leurs symptômes et le risque global.

L’utilisation de certains médicaments :

Il existe certains médicaments qui augmentent le risque de développer des symptômes dépressifs comme effet secondaire, et ils incluent les médicaments pour la tension artérielle, les stéroïdes, les analgésiques sur ordonnance, les somnifères et les sédatifs.

Autres facteurs :

Raisons psychologiques :

Psychological reasons

Certains facteurs psychologiques augmentent le risque de développer des symptômes dépressifs. Par exemple, si vous avez une faible estime de soi, cela vous fait voir votre monde sous un angle pessimiste et augmente votre risque de dépression. Il vous laissera également un sentiment de stress et de tristesse.

Il y a aussi le cas du perfectionnisme qui augmente votre risque, car vous ne voyez pas les choses aller comme vous le voulez. Il vous rend également très sensible aux erreurs, aux rejets et aux pertes, ce qui augmente votre risque de développer la maladie. De plus, si vous souffrez d’une autre maladie mentale, comme un trouble anxieux chronique, ainsi que de troubles de la personnalité évitant et limite, votre risque de dépression est beaucoup plus élevé.

Faible statut socioéconomique :

Vous n’y pensez peut-être pas beaucoup, mais c’est un facteur de risque majeur pour le développement de la maladie. Cela peut être dû à des raisons culturelles, au statut social, à un environnement stressant, etc.

Dernières réflexions :

Si vous connaissez quelqu’un qui est aux prises avec la maladie ou si vous en souffrez, il est très important de consulter un médecin. La maladie n’est pas bien comprise, car il s’agit d’une affection médicale complexe. La bonne nouvelle, c’est qu’il est facile à traiter et à gérer.

Lire aussi :

  • Cinq bienfaits de la méditation qui changeront votre vie
  • 5 choses que vous devriez faire pour réduire le stress