Quand Peut-on faire une augmentation mammaire ?

augmentation mammaire

De plus en plus de femmes ont recours aujourd’hui à la chirurgie esthétique pour parfaire quelques parties de leurs corps. Bien que ces opérations soient pour la plupart du temps une réussite, il est intéressant de prendre certaines précautions adéquates. Voilà pourquoi avant de vous lancer dans une augmentation mammaire, vous devez connaître en amont le moment idéal. Pour avoir plus d’explications à ce sujet, lisez ce qui suit.

 Au moment de la maturité du corps

Si vous envisagez de faire une augmentation mammaire, le meilleur moment est d’attendre la maturité du corps. En réalité, il n’y a pas un âge réel à cela. Toujours est-il qu’il faut patienter au moins après 17 ans. Certains experts parlent d’âge physiologiquement idéal.

A découvrir également : Quelques astuces sur les protéines et huiles végétales

À cette période précise de la vie de la jeune femme, les seins ont déjà atteint un certain développement. Ainsi, les différentes opérations mammaires engagées et les comprimés à prendre auront moins d’impacts négatifs sur la patiente. Aussi, les fluctuations hormonales importantes enregistrées à l’adolescence ne seront pas vraiment d’une aide capitale.

Néanmoins, certains cas de force majeure peuvent conduire les spécialistes à recourir à une telle chirurgie avant l’âge physiologiquement idéal. C’est la raison pour laquelle, des adolescentes subissent une augmentation mammaire quand elles souffrent de certaines malformations. De toute façon, une consultation vous permet d’avoir le cœur net.

A découvrir également : L'abus d'alcool et l'alcoolisme : Signes, symptômes et qui est à risque ?

Dans le cas d’une poitrine tubéreuse

La poitrine tubéreuse est une malformation congénitale observée chez les jeunes femmes. Elle est très fréquente chez les adolescentes. C’est pourquoi les experts ont tôt fait de trouver une solution pour satisfaire celles qui en souffrent.

Ce dysfonctionnement se caractérise le plus souvent par une hypotrophie des mamelles. Par conséquent, une augmentation mammaire vient à point nommé pour corriger l’anomalie. En dehors de la rectification de la poitrine, les chirurgiens insèrent des prothèses afin d’apporter volume et galbe aux seins.

Toutefois, la correction d’une poitrine tubéreuse peut ne pas engager une augmentation mammaire. Dans ce cas alors, il sera question d’une diminution du volume des seins. Quoi qu’il en soit, les résultats obtenus dans ce sens ont été de très bonne facture.

Néanmoins, retenez que la sécurité sociale est capable de prendre en charge les frais de l’opération. Votre mutuelle santé peut s’occuper des honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste.

En face d’une hypoplasie mammaire

augmentation mammaire

L’hypoplasie est une malformation qui se manifeste par le petit volume des seins. Les jeunes femmes qui présentent ces cas développent un complexe et se croient inférieures aux autres. Fort heureusement, grâce à l’augmentation mammaire c’est possible de rectifier une hypoplasie.

Ici encore, le spécialiste aura recours à la pose de prothèses mammaires pour apporter du volume à la poitrine. De même, le chirurgien peut procéder au lipofilling mammaire. C’est une intervention chirurgicale qui consiste à réinjecter de la propre graisse de la patiente dans ses seins.

Grâce à ce procédé, le corps de la femme n’affichera pas de réactions secondaires inquiétantes. En effet, il n’y a eu aucune entrée de corps étrangers. Après un lipofilling, vous pouvez vous faire rembourser.

Toutefois, vous pouvez vous rapprocher de votre assurance santé pour étudier la faisabilité. La mutuelle santé peut également intervenir dans le cadre du remboursement.

Dans le cas du syndrome de Poland

Le syndrome de Poland est une malformation qui engendre de sévères traumatismes sur la psychologie de l’adolescente. Elle peut revêtir de nombreuses formes.

  • Une hypoplasie mammaire unilatérale : autrement dit, un sein se développe de façon asymétrique par rapport à l’autre.
  • Une anomalie du thorax plus ou moins importante et s’accompagnant le plus souvent d’une hypoplasie.
  • Des répercussions remarquées sur l’avant-bras du côté où l’anomalie est remarquée.

Grâce à une augmentation mammaire intervenue assez tôt dans la vie de la jeune femme, la rectification peut intervenir. Sur ce, le mieux est de procéder à une telle opération entre 16 et 17 ans.

Toutefois, cette intervention chirurgicale peut également avoir lieu après une grossesse, à condition de respecter le délai minimum requis. À l’instar des autres cas, c’est également possible de compter sur la sécurité sociale pour la prise en charge des frais hospitaliers.

Articles similaires