Le cannabis peut contribuer à la lutte contre la toxicomanie

Les substances contenues dans le cannabis peuvent aider les personnes dépendantes aux drogues dures à arrêter leur dépendance. Les premiers signaux concernant les effets du cannabis sur la dépendance à une forme de cocaïne sont apparus relativement tôt, il y a plus de 30 ans. Les revendeurs la fumaient en même temps que le cannabis pour éviter l’accoutumance. Bien que le cannabis puisse aussi créer une dépendance, la dépendance au crack à action rapide est beaucoup plus rapide et beaucoup plus grave. Une douzaine de minutes après avoir tiré une dose, il y a un désir irrésistible d’en prendre une autre… et une autre… et la suivante… pousser le fumeur à se comporter dangereusement pour lui-même et les autres, les comportements sexuels à risque, la tendance à la violence et à enfreindre la loi sont caractéristiques. La tolérance se développe rapidement : la dépendance au crack nécessite de plus en plus de doses. En plus des symptômes aigus tels que l’hypertension artérielle, la fréquence cardiaque et la température, les nausées, les convulsions, les hallucinations, la panique et la paranoïa, le corps peut aussi être détruit au fil du temps, le déclin cognitif, les troubles psychotiques persistants, la dépression, la destruction des dents, des lèvres et des muqueuses de la cavité orale, l’infarctus du myocarde et l’AVC.

Les recherches indiquent que sur les 122 usagers de cocaïne identifiés qui veulent lancer de la cocaïne sous cette forme, ils ont commencé à prendre du cannabis. En une moyenne de 30 mois, ces personnes avaient 89 % plus de chances de réduire leur consommation de crack que lorsqu’elles ne prenaient pas de cannabis. Il semble également que le cannabis leur a facilité la tâche pour cesser complètement de consommer cette forme de cocaïne ou pour maintenir cette décision. Sans cannabis, seulement 11% des personnes ont réussi à arrêter sans cocaïne. Cependant, lorsqu’ils l’ont utilisé, le crack n’était pas nécessaire dans 28 % des cas. Bien que l’expérience ne remplisse pas les conditions d’un essai clinique, ses résultats ont été jugés très intrigants par les spécialistes.

A lire en complément : Quand quelqu'un que tu aimes a une dépendance : 5 conseils pour aider un dépendant

Des études animales suggèrent que le Cannabidiol (CBD) qui se trouve dans les fleurs de cannabis à diverses concentrations est le plus prometteur. Vous pouvez l’acheter même dans les pays où le cannabis est encore totalement illégal, comme la Pologne. Il est vendu sous forme d’huiles, de liquides, de chewing-gums, etc. Il a beaucoup de potentiel médical, il peut aider dans la dépression et beaucoup d’autres conditions médicales. Mais plus important encore, il est susceptible d’avoir un impact sur le système de récompense dans le cerveau, réduisant les sensations agréables associées à certaines drogues. Chez le rat, cela s’est avéré possible.

Les tests sur les animaux montrent que le THC réduit également la dépendance aux opiacés.

Lire également : 6 façons de soulager la douleur et la sensibilité dentaire naturellement

Le THC, le composant psychoactif de la marijuana, injecté dans le sang des rats héroïnomanes et morphodépendants, rétablit l’équilibre chimique dans leur cerveau. Par conséquent, les rats traités au THC lorsqu’ils étaient jeunes ont été privés des conséquences de la consommation de drogues beaucoup plus fortes et plus nocives à l’âge adulte. De jeunes rats, enlevés à leur mère juste après la naissance, ont reçu de fortes doses de THC. Privées de soins maternels, elles ont un cerveau sous-développé. Les réseaux neuronaux sont moins développés et les rats deviennent plus dépendants. L’efficacité des injections de THC a été prouvée chez ces animaux. Bien qu’en théorie, ils devraient devenir plus dépendants, le “traitement” au THC a eu pour résultat que, bien qu’ils aient reçu de la morphine et de l’héroïne, la dépendance n’a pas eu lieu.

Les scientifiques espèrent que cette découverte inhabituelle contribuera à créer un traitement alternatif de la toxicomanie pour les toxicomanes. Il est difficile de prédire si, à l’avenir, les priorités sociales considérées jusqu’à présent comme prioritaires, ou si des considérations médicales prévaudront, et les préparations à base de cannabis iront aux pharmacies. Cette découverte peut être extrêmement utile dans le contexte de la récente épidémie d’opioïdes aux États-Unis, où les médecins prescrivaient des opiacés (analgésiques puissants et très toxicomanogènes) à presque tout le monde, et Donald Trump a donc dû qualifier cette situation d’urgence nationale.

Lire aussi :

  • Pourquoi le cannabis est-il bon pour la santé ?
  • Le traitement ambulatoire de la toxicomanie et de l’alcoolisme est-il efficace ?