Faut-il cesser d’avoir des relations personnelles à cause de la pandémie du COVID-19 ? Réponse du Dr Garnero

Nous avons vu à quel point le Covid a modifié les relations personnelles et comment il a transformé les routines sexuelles des gens, faisant naître ou exacerbant des habitudes inadaptées et des comportements nuisibles. Pour approfondir cette question et déterminer si sexe et épidémie sont incompatibles, nous avons interviewé le Dr Garnero, sexologue et psychologue.

A lire en complément : Questions à poser à un psychologue avant d'embaucher un psychologue

Est-il vrai, docteur, de suggérer que le Covid-19 a eu un impact significatif sur la sexualité ?

Il est certain qu’il a eu une influence significative, mais je tiens à affirmer d’emblée que nous n’avons pas besoin d’abandonner notre sexualité, surtout à ce moment critique. Le sexe et la pandémie ne s’excluent pas mutuellement, mais la propagation du Covid-19 a clairement eu une influence considérable.

Les données issues des recherches menées dans diverses régions du monde et portant sur la période de propagation de la pandémie concordent sur les points suivants : le coronavirus a eu un effet positif sur la vie sexuelle d’un quart du total des personnes interrogées, en particulier chez les couples mariés ou en concubinage ; même pourcentage pour celles qui ont déclaré que le Covid n’avait eu aucun effet négatif ou positif sur leur vie sexuelle. En revanche, la pandémie a eu une influence négative sur la moitié restante de l’échantillon considéré.

A lire en complément : Prescription de pilule : obtenir une ordonnance en ligne

L’étude porte sur l’ensemble de la population, y compris les célibataires, les personnes vivant en partenariat stable et les personnes entretenant des relations occasionnelles ou stables mais à distance. Il n’y a pas de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Par conséquent, sur la base des informations dont nous disposons, nous pouvons conclure que le Coronavirus a réduit les interactions sexuelles pour la moitié de la population mondiale.

En raison des limites mises en place pour garantir la distance sociale, la situation semble être particulièrement complexe pour les célibataires. Est-ce exact ?

Les célibataires et les personnes entretenant des relations à distance ont sûrement rencontré un problème presque insurmontable. L’épidémie a fortement limité la vie sociale et, par conséquent, la possibilité d’avoir des relations sexuelles, en particulier des relations occasionnelles ou en cas de relations à distance. En tant qu’experts de la santé, nous devons nous efforcer de fournir des suggestions « sex positives », c’est-à-dire des recommandations qui soutiennent la vie sexuelle des gens en essayant de trouver un équilibre entre la sécurité personnelle, le contrôle de la pandémie et la santé mentale, car nous ne pouvons pas dire aux gens de ne pas avoir de sexualité.

Nous pouvons certainement encourager la masturbation et tout ce qui l’accompagne, comme le visionnage de pornographie, la lecture d’ouvrages érotiques, l’utilisation de jouets sexuels, la lecture de livres érotiques et l’exploration de l’autostimulation, pour ceux qui ne se masturbent pas, ne se sont jamais masturbés ou ne disposent pas d’un vaste répertoire de stimulation corporelle. Se procurer du plaisir peut être aussi simple que de prendre une douche ou un bain, ou de se frotter et se caresser. Fondamentalement, pendant les pandémies, il peut être judicieux d’apprendre aux individus comment se donner du plaisir par l’autostimulation.

Tout va-t-il bien pour les couples mariés ou en concubinage ?

En fait, ce n’est pas toujours le cas. Il est vrai que les couples stables ont eu plus de temps et de chances d’avoir des rapports sexuels. Cependant, pour les couples qui avaient des problèmes, la situation peut devenir beaucoup plus alambiquée. Le fait d’être confiné dans leur propre maison augmentait l’anxiété et le stress de toutes les personnes qui avaient des problèmes sexuels, car elles ne pouvaient plus trouver de raisons pour ne pas avoir de relations sexuelles. Pour plusieurs conjoints, le fait d’être à la maison avec leurs enfants augmentait leur anxiété.

Ainsi, même s’ils disposaient de plus de temps, la sexualité ne s’est pas améliorée pour de nombreux couples puisque tous les nœuds qu’ils avaient tendance à refouler auparavant, comme les problèmes sexuels, les différences de désir sexuel et les comportements sexuels très schématiques, sont remontés à la surface.

De manière indirecte, la sexualité a également été durement touchée, puisque certaines personnes ont eu des difficultés à travailler ou n’ont pas travaillé du tout, ont eu de gros problèmes financiers ou ont vécu un deuil. Par conséquent, la période d’épidémie a été mise à mal.

Est-il possible d’avoir des relations sexuelles sans danger pendant la pandémie de la COVID ?

Les pandémies et le sexe peuvent coexister. En temps de Covid, les principales organisations de santé, les systèmes de santé nationaux de nombreuses nations et l’Organisation mondiale de la santé ont élaboré un ensemble de mesures suggérées, dont certaines sont évidentes.

L’abstinence est l’habitude la plus conseillée. Il n’y a pas beaucoup d’informations sur la façon dont le virus se transmet par voie sexuelle, mais éviter les rapports sexuels élimine cette possibilité. Bien sûr, l’abstinence est l’option la plus sûre, mais en tant qu’experts de la santé en général, nous ne pouvons pas encourager les gens à renoncer à la sexualité, car cela n’a jamais donné les résultats escomptés dans aucun projet, car les gens veulent avoir des rapports sexuels.

En outre, les instructions de pratiquer l’abstinence renforcent les sentiments de culpabilité, de vulnérabilité, de stigmatisation, etc. des personnes concernées. Les rencontres sexuelles intimes avec d’autres personnes sont un aspect important de notre bien-être mental. Par conséquent, même si c’est la technique la plus sûre, nous ne pouvons pas conseiller aux individus de pratiquer l’abstinence sexuelle.

Ce que l’on sait, c’est que le coronavirus a été détecté dans le sperme, les fèces et l’urine de patients atteints de Covid. Il n’a jamais été découvert dans le fluide vaginal. Jusqu’à présent, nous savons très peu de choses sur la transmission sexuelle, mais le problème réel est que lors d’un contact sexuel, il existe une possibilité d’attraper le virus par la transmission de la salive ou par contact avec les muqueuses.

La masturbation est la deuxième activité la plus sûre. C’est un conseil plutôt sûr, et nous avons vu à quel point il est vital de savoir se faire plaisir. Le sexe virtuel est également fortement conseillé. Nous pouvons encourager les individus à s’ouvrir davantage à la sexualité en utilisant des moyens tels que les appels téléphoniques, les appels vidéo, les chats vidéo, etc. Cependant, il est essentiel que les personnes qui s’adonnent au sexe virtuel se donnent mutuellement la permission explicite, et il est conseillé d’utiliser des sites de plan cul dignes de confiance. Le conseil à ces personnes est tout à fait crucial pour faire des rencontres sexuelles en toute sécurité. Le sexe virtuel est une action sans risque, mais il expose les utilisateurs à divers problèmes que les experts de la santé doivent leur conseiller.

Et qu’en est-il des couples ?

Même dans les relations maritales ou de cohabitation, la communication, l’ouverture et la prudence sont essentielles. Nous devons constamment garder à l’esprit que si l’un d’entre nous quitte la maison, peut-être pour aller travailler, nous nous mettons en danger d’attraper le virus et, par conséquent, de le transmettre à notre partenaire.

  • Les relations à distance et les rapports sexuels occasionnels doivent être abordés avec une extrême prudence.
  • Il n’est pas nécessaire de s’abstenir de rapports sexuels, mais il faut suivre un ensemble de mesures de sécurité, telles que l’assainissement de l’environnement, une attention particulière à l’hygiène personnelle, des contrôles réguliers, la limitation du nombre de partenaires, la limitation des déplacements et l’évitement des pratiques les plus risquées, c’est-à-dire celles qui transmettent le plus de salive ou qui mettent en contact les muqueuses.
  • Les personnes peuvent décider d’avoir des relations sexuelles en faisant d’abord un test Covid, et si les résultats sont négatifs, elles peuvent se rencontrer. Il leur suffit de s’organiser davantage. Certaines personnes commencent à se faire vacciner.
  • Les personnes qui ont reçu le vaccin peuvent donc avoir l’esprit plus tranquille, mais pas complètement puisqu’elles peuvent acquérir la Covid entre deux doses.

L’épidémie COVID-19 ne signifie donc pas toujours une existence sans sexe ?

L’intimité peut aussi être retrouvée par le biais d’activités jusque-là inexplorées. On peut être créatif, ce qui signifie que toutes les postures et activités sexuelles qui n’incluent pas de contact face à face ou de contact avec le visage sont absolument acceptables.

D’une certaine manière, cette période peut être l’occasion de redécouvrir le bien-être personnel, car avec plus de temps à disposition, nous, les professionnels, pouvons aider les personnes qui ont des difficultés avec ces questions, par exemple en encourageant la communication entre les partenaires par un dialogue accru sur les fantasmes mutuels, en élargissant le répertoire sexuel et en introduisant l’utilisation de pratiques non expérimentées.

Si une personne est célibataire et qu’elle a remis à plus tard le traitement d’un problème sexuel, elle peut profiter de l’occasion pour demander l’aide d’un professionnel, en gardant à l’esprit que la masturbation peut être très amusante. Prenons le cas d’une personne qui souffre de dysfonctionnement érectile ou d’éjaculation précoce. Il peut faire face à ces problèmes en utilisant les stratégies suggérées par le professionnel, tout en s’exerçant à la masturbation, de sorte qu’au terme de tout cela, il se sentira plus sûr et plus apte à faire face à la situation.

Les couples, quant à eux, devraient être encouragés à renforcer la communication sur les préoccupations sexuelles et à planifier des rencontres, car il est essentiel de prendre le temps. Avec plus de temps, on peut faire plus pour l’autre, en se concentrant sur le plaisir plutôt que sur la performance, et cela redécouvre sans aucun doute la proximité entre les individus.

Articles similaires